Genealogie et histoire des familles Trudel, Trudell, Trudelle

Généalogies et histoires des familles Trudelle descendants de Jean Trudelle et Marguerite Thomas.

Imprimer Ajouter un signet

SUITE DE LA PAGE D'ACCUEIL (ENGLISH VERSION AFTER THE FRENCH VERSION)

Le 15 mai 1929, les membres du comité formé en 1909 pour l’érection du monument, envoient aux Trudel de partout, une lettre à l’effet qu’il faudrait former un sous-comité (deux Trudel, deux paroissiens, deux marguillers) devant assurer « l’entretien et la stabilité de ce précieux souvenir ». Il semble que rien n’a été fait à ce chapitre depuis 1910 par la Fabrique de l’Ange Gardien. Le 31 mai 1951, M. François Doyon, propriétaire du terrain du monument, signe une promesse de vente au Comité de Québec de la Famille Trudel-le Inc., d’une pièce de son terrain, de 150 pieds de largeur par 200 pieds de profondeur, laquelle pièce où se trouve le Monument Trudelle, au prix de 1 500 $. Par acte notarié, en 1952, la Fabrique de l’Ange Gardien cède le monument à l’Association. La quittance finale, capitale et intérêts, pour une dernière somme de 525 $ sur le prix de vente de 1 500 $, a fait l’objet d’un reçu daté du 01 juillet 1953. Les Trudel ont ainsi retrouvé la propriété pleine et entière de leur stèle patrimoniale et du terrain où elle était érigée. À l’été 1976, à la demande de la ville de Boischatel qui voulait élargir la rue, le monument est déplacé de 50 pieds plus au nord.Ces travaux ont permis de découvrir au centre du monument, une boîte scellée en plomb. À l’intérieur de cette dernière, il y avait quelques pièces de monnaie de 1910, des médailles religieuses et un extrait du journal « L’Événement de Québec ».

Tout a été remis en place, et on y a ajouté des pièces de monnaie de 1976, une page du journal « Le Soleil » avec un mot du président de l’Association de l’époque, l’Abbé Jean Marie Trudel.Malgré tout, de 1976 à 1990, la responsabilité financière du terrain et du monument a été assumée par l’Abbé Jean-Marie Trudel. De 1990 à 1993, suite au décès de l’Abbé Jean-Marie, la relève a été assurée par sa sœur, Mme Antoinette Trudel. Le 16 octobre 1992, Mme Antoinette Trudel reçoit un compte inattendu et très élevé de la municipalité de Boischatel, pour couvrir les travaux d’acqueduc et d'égout sanitaire dans le secteur du terrain du monument. Elle ne peut assumer seule le paiement. Aidée de MM André et Michel Trudel, un appel est lancé à tous les Trudel pour trouver une solution à ce problème.À partir du 06 février 1993, un peu comme un phoenix, l’Association renaissait de ses cendres, suite à ces événements.

Extrait d’un texte écrit par Claude Trudel dans Ad Sum Vol. XVI No 1 et 2. 2010.

On May 15, 1929, the members of the committee formed in 1909 for the erection of the monument sent a letter to the Trudels everywhere to the effect that a sub-committee (two Trudels, two parishioners, two churchwardens) should be formed to ensure "the maintenance and stability of this precious memorial. It seems that nothing has been done in this regard since 1910 by the Fabrique de l'Ange Gardien. On May 31, 1951, Mr. François Doyon, owner of the monument's land, signed a promise to sell to the Quebec Committee of the Trudel Family Inc. a piece of his land, 150 feet wide by 200 feet deep, where the Trudelle Monument is located, for $1,500. By notarial act, in 1952, the Fabrique de l'Ange Gardien ceded the monument to the Association. The final release, capital and interest, for a last sum of $525 on the sale price of $1,500, was the subject of a receipt dated July 01, 1953. The Trudels thus regained full ownership of their heritage stele and the land on which it was erected. In the summer of 1976, at the request of the city of Boischatel who wanted to widen the street, the monument was moved 50 feet further north. Inside the box, there were some coins from 1910, religious medals and an extract from the newspaper "L'Événement de Québec". Everything was put back in place, and coins from 1976 were added, as well as a page from the newspaper "Le Soleil" with a note from the president of the Association at the time, Abbé Jean Marie Trudel.Nevertheless, from 1976 to 1990, the financial responsibility for the land and the monument was assumed by Abbé Jean Marie Trudel. From 1990 to 1993, following the death of Father Jean-Marie, his sister, Mrs. Antoinette Trudel, took over. On October 16, 1992, Mrs. Antoinette Trudel received an unexpected and very large account from the municipality of Boischatel, to cover the cost of the water and sewer work in the area of the monument grounds. She could not assume the payment alone. With the help of Mr. André and Mr. Michel Trudel, an appeal was launched to all the Trudels to find a solution to this problem. On February 6, 1993, like a phoenix, the Association was reborn from its ashes, following these events.

Excerpt from a text written by Claude Trudel in Ad Sum Vol. XVI No 1 and 2. 2010.

Ce site fonctionne grace au logiciel The Next Generation of Genealogy Sitebuilding v. 13.0.4, écrit par Darrin Lythgoe © 2001-2022.

Géré par Pierre Trudel. | Charte de protection des données.

Les détails des informations de moins de 100 ans ne sont pas affichés.
Par le formulaire de contact, l'on peut demander à ce que sont nom soit retiré de l'affichage.